Il faut reconnaître à ces escrocs leur réactivité. En avril dernier, l’incendie de Notre-Dame était à peine maîtrisé que des voyous pas très catholiques trouvaient déjà le moyen de profiter de l’émoi international. Un pirate, en particulier, a mis sur pied un site Internet de collecte bidon, à l’adresse URL très proche de celle de la page officielle de la Fondation du patrimoine.

Même les Entreprises du CAC40 se font piéger…

Capital.fr – 13 août 2019

Cliquez ici